bg banner
fond

Article IB-Com Octobre - IPv6 : où en sommes-nous?


IPV6 à l’entraînement aux Jeux olympiques
Les pays d’Asie ont très vite promu l’utilisation d’IPv6. Cela s’explique par la faible quantité des blocs d’adresses IPv4 assignés aux pays de ce continent. La Chine ne dispose que d’environ 160 millions d’adresses, ce qui n’est pas suffisant pour satisfaire les besoins actuels d’accès à internet.
Les Jeux olympiques de Pékin ont ainsi été un banc de tests grandeur nature. Sur 58 emplacements du parc olympique, stades compris, des caméras et d’autres systèmes de vidéosurveillance ont été connectés uniquement avec IPv6 en utilisant une des nouveautés les plus intéressantes du protocole : l’autoconfiguration sans état. L’avantage retiré est la simplicité de raccordement sur un réseau Ethernet, contrairement au câblage coaxial que requiert un système de vidéosurveillance traditionnel.
En parallèle, près de 15 000 taxis ont été équipés de capteurs sans fil, également basés sur IPv6, afin de transmettre, en temps réel, des informations de géolocalisation et d’état du trafic à un centre de contrôle central et ainsi recevoir de celui-ci une nouvelle route en cas de congestion de trafic.

L’administration américaine remplit son objectif
En août 2005, la Maison Blanche a émis une directive à l’intention de l’ensemble des départements de l’administration. Ces derniers avaient jusqu’au 30 juin 2008 pour être capables de faire transiter des paquets IPv6 au travers de leur backbone. Al’époque, les prévisions annonçaient que le budget nécessaire dépasserait 10 milliards de dollars (soit un montant supérieur à l’investissement du Cern pour son nouvel accélérateur de particules). Le 26 juin 2008, aucune agence fédérale n’avait annoncé qu’elle n’atteindrait pas l’objectif et cela en utilisant principalement les budgets ordinaires de renouvellement de matériel plus quelques crédits supplémentaires, principalement pour la formation. Car on touche là à un des problèmes majeurs de toute transition entre deux protocoles réseaux, les besoins de formation du personnel sont souvent sous-évalués. Cet objectif aura été le seul énoncé dans le domaine par l’administration Bush. Son successeur aura la charge d’effectuer les pas supplémentaires.
Le Département de la défense (DoD) s’était luimême imposé, en 2003 déjà, le délai de septembre 2008 pour, non seulement, permettre à des paquets IPv6 de transiter sur ses différents réseaux centraux (comme le prévoit le mandat assigné aux autres agences), mais aussi rendre compatible avec IPv6 toute son infrastructure comme les DNS et les équipements de sécurité. Et c’est sur ce dernier point que les équipementiers ont du retard. Le DoD ne parvient pas à se procurer des pare-feu ou des sondes de détection d’intrusion compatibles avec IPv6 et répondant aux spécifications de la NSA.

Et en Europe?
Le 30 mai 2008, la Commission européenne a organisé un «IPv6 Day» à Bruxelles. A cette occasion, les pays de l’Union européenne ont fixé comme objectif, mais pas comme besoin, que 25% des utilisateurs puissent se connecter à internet en utilisant IPv6. Pour sa part, la Commission européenne s’engage à rendre ses deux sites web principaux accessibles en IPv6 d’ici à 2010 et encouragera des projets de recherche par l’intermédiaire du septième programme cadre pour la recherche et le développement technologique.

Et pourtant, les adresses IPv4 s’épuisent
Il est pourtant avéré que les groupes d’adresses IPv4 sont une ressource limitée qui s’épuise. Au moment de la rédaction de cet article, le 15 septembre 2008, les prédictions indiquent que le dernier bloc sera attribué le 23 octobre 2011. Cette donnée provient d’un rapport journalier généré automatiquement (www.potaroo.net/tools/ipv4/).
Ainsi, si les fournisseurs d’accès ne se préparent pas à cette échéance, verrons-nous vraiment internet s’arrêter comme cela a été annoncé à la réunion RIPE-55 (sur You-Tube, rechercher «The Day the Routers died»)?


Lucas Varé

Devenir Membre du GITI ?

Nos Partenaires

  • ceec
  • swissmedialogotop
  • logo-uts
  • logo he arc
  • ictswitzerland logo member neu
  • ict academy
  • image