bg banner
fond

Swiss Technopôles?

Swiss Technopôles?

Swiss Made

Les technopôles rassemblant une population locale éduquée, des hautes écoles de qualité, de jeunes-pousses prometteuses et des infrastructures publiques performantes sont vus par beaucoup comme les job factories de demain. La Suisse Romande, forte de sa population volontariste et friande de nouveautés technologies, de ses HES, de son EPF et de son réseau universitaire de renom, est bien placée pour se frayer une place de choix dans le paysage des technopôles européens.

Reste le problème des infrastructures. Au-delà des problèmes de mobilité urbaine de plus en plus aigus dans notre région, deux éléments infrastructurels se révèlent particulièrement stratégiques dans ce contexte :

  • la bande passante, essentielle à la fois pour supporter les nouveaux modes de collaboration et pour favoriser l’essor d’applications de nouvelle-génération toujours plus gourmandes

  • les données ouvertes (open data), qui se révèlent de plus en plus cruciales dans l’élaboration d’applications et services sociotechniques innovants.

Si la Suisse dans son ensemble peut se targuer d’une réputation enviable au niveau de sa bande passante broadband moyenne (elle est classée 7ème mondiale dans le dernier rapport “State of the Internet” d’Akamai[1]), les villes suisses ont quant à elles bien du mal à se hisser dans le peloton de tête: au niveau du classement des agglomérations jouissant des meilleures bandes passantes, la première ville suisse (Zürich) pointe à la 89ème position. Genève est le premier représentant romand à la 100ème position.

La situation n’est pas beaucoup plus reluisante au niveau des données ouvertes.  Alors que de nombreuses villes de par le monde mettent en avant leurs nouvelles plateformes de données ouvertes à la fois innovantes et abouties, la politique des agglomérations suisses semble être des plus nébuleuses (l’excellente initiative makeopendata.ch donne une vue d’ensemble de la situation[2]).

Voici donc ma proposition de bonnes résolutions 2012 pour les villes désireuses d’héberger les futures technopôles de Suisse: ouvrez les vannes… et vos données. 

Philippe Cudré-Mauroux, Président du GITI

Devenir Membre du GITI ?

Nos Partenaires

  • ceec
  • swissmedialogotop
  • logo-uts
  • logo he arc
  • ictswitzerland logo member neu
  • ict academy
  • image